Taxes sur la plus-value d’un bien immobilier : le point sur la question

      Commentaires fermés sur Taxes sur la plus-value d’un bien immobilier : le point sur la question

À chaque vente d’un bien immobilier, le propriétaire réalise, en principe, une plus-value immobilière. Il s’agit de la différence entre le prix auquel le logement a été acheté et son prix de vente. La plus-value d’une résidence principale est exonérée d’impôt. Ce n’est malheureusement pas le cas pour les biens locatifs, les résidences secondaires, les immeubles non bâtis et les parts dans les sociétés immobilières.

Les résidences principales, les seules avantagées ?

Compte tenu de la hausse de deux points (36,5% contre 34,5% en 2017) appliquée sur les taxes des plus-values immobilières de 2018, une légère hausse est à envisager pour cette année. Cependant, les abattements fiscaux et les exonérations donnent bon espoir aux spécialistes.
Quel que soit le type de logement ; chalet, appartement, péniche, etc. Les résidences principales et les dépendances vendues avec elles bénéficient d’une exonération totale. Chambre de bonne et garages sont donc épargnés, mais également tout bien vendu à moins de 15000 euros.
À titre de rappel, depuis 1er janvier 2018, chaque terrain localisé dans les zones tendues jouit d’un abattement pouvant aller de 70 à 85%. Un bénéfice accordé suivant les caractéristiques du projet d’après-vente. L’objectif amendement voté le 06 décembre est d’encourager les travaux de construction grâce à l’accroissement du nombre de terrains à bâtir.

Une solution pour diminuer le montant des taxes sur plus-value ?

Pour réduire la plus-value taxable, vous pouvez ajouter au prix de vente les frais d’acquisition. Vous avez également la possibilité de mentionner le montant des travaux de rénovation que vous avez entrepris pour justifier l’écart.
En outre, si vous vendez une maison équipée (avec appareils électroménagers, meubles, etc.) vous pouvez déduire du prix de vente la valeur de vos biens. À condition d’apporter des pièces prouvant la valeur de ces derniers. Il vous appartient de choisir l’alternative qui vous avantage le plus.
Important, la taxe sur la plus-value est prélevée l’année de la réalisation de la vente. Elle est déduite automatiquement au prix de vente dès paiement du prix de la maison. Le vendeur se retrouve donc avec une somme nette d’impôt.

Et la suppression des taxes d’habitation ?

Face aux mouvements des « gilets jaunes » Emmanuel Macron a initié un grand débat national ayant débuté en décembre 2018 et qui se terminer en avril 2019. Cet événement a pour base plusieurs thèmes bien distincts, dont la fiscalité et les dépenses publiques. Le but étant de faire la lumière sur l’exonération de la taxe d’habitation. Sachant que l’idée de départ était d’exonérer les 80% des ménages français et de faire payer les 20% restants représentant la classe aisée. Pour le moment, il est impossible de confirmer ou non la suppression des taxes d’habitation. Tout ce qui est certain c’est que sa totale suppression fera perdre 18 milliards d’euros à l’État et les collectivités. Alors que nous sommes en pleine crise économique.